Texas

Nous arrivons au Texas par la côte, la route qui passe à Port Arthur et va en direction de Galveston. Nous sommes déjà au pays du pétrole car il y a beaucoup de raffineries et de stations offshore dans l’océan.

Nous arrivons à Galveston un weekend de rassemblement de motards. Des milliers de motards sont dans la ville, donc des milliers de Harley Davidson car il semble qu’ici un vrai motard conduise une Harley. Les garçons commentent chaque biker qu’ils voient passer :

« Celui-là c’est un vrai. Il a plein de têtes de mort ! Par contre celui la bof, il en a qu’une !! »

On croise les doigts pour qu’aucun d’eux ne comprenne le français.

Dans une laverie de Galveston nous sommes abordés par Kim et Bob qui nous invitent à venir chez eux. On y passera 4 jours très agréables. Ils habitent une maison, typique de cette région, sur pilotis à 5m de haut. La partie habitable est en haut et le bas est aménagé en garage. Nous pêchons et faisons du kayak sur le canal à côté de leur maison. Les garçons profitent de leurs animaux : poules, chats, chien et chevaux. Nous passons de bons moments de discussions et les soirées sont bien arrosées, ce qui « fluidifie »nettement notre anglais. Kim est une excellente cuisinière. Nous repartons plus lourd qu’à notre arrivée.

Direction le nord, Nous nous arrêtons à Dinosaur Valley state park (au sud de Dallas). Les empreintes des dinosaures sont vraiment bien visibles, les garçons adorent. Les ballades sont très faciles.

Nous arrivons à Fort Worth Stock yard : Nous sommes au Texas et avons très envie de voir des rodéos : dépaysement assuré ! C’est le weekend donc il y a des rodéos en soirée. A chaque début de show : hymne Texan, hymne Américain, tour de piste avec le drapeau et ensuite le spectacle peut commencer. Le spectacle est complet : rodéos sur taureaux, sur chevaux, capture de veaux et vaches au lasso. Tout est chronométré car c’est un concours, avec musique, présentateur, jingles. Nous avons vu celui du vendredi et celui du samedi. S’il ne fallait en voir qu’un il vaut mieux le samedi car le show dure plus longtemps et est plus complet. Nous avons fait le choix de dormir au RV park en centre-ville, à côté des manèges à chevaux. Très cher (50 dollars la nuit) mais le patron nous a donné des entrées pour le spectacle donc ça valait le coup.

Depuis ce weekend les garçons sont devenus texans. Pourquoi vivre sans son chapeau et sans son colt ?

Avec ces nouvelles tenues nous prenons la direction de Palo Duro Canyon, à côté d’Amarillo au nord du Texas. Le campground est au fond du canyon. Les levés de soleils sont superbes. Nous faisons de nombreuses randonnées. Les coyotes viennent jusque dans le camping. Une voisine me raconte qu’elle a dû rentrer son petit chien qui été attaché au bout d’une corde car plusieurs coyotes sont venus tourner autour. Il fait très beau, les journées sont chaudes et les nuits bien fraiches : parfait.

Amarillo : On a reçu une pierre sur le pare-brise qui a fait un éclat. Nous décidons de nous arrêter à Amarillo chez le « car-glass » américain. Le gars nous annonce 100 dollars de réparation. OK, on n’a pas trop le choix, c’est le seul réparateur à des centaines de kilomètres. Avec la variation de température et l’état des routes on a peur que le pare-brise fissure. La réparation lui prend 10 min en comptant le temps d’installation. Il injecte la résine et nous annonce fièrement : « finished ».

Problème : on ne voit pas la différence avant/après. Je le lui fais remarquer. Il nous assure que le pare-brise ne craint plus rien et qu’il ne peut pas faire mieux car l’impact était vraiment gros (pourtant bien moins gros qu’une pièce de 2 euros) !

Finalement il ne veut pas qu’on le paye. On repart septique sur le résultat et l’efficacité de cette réparation. On verra bien !

Direction Cadillac Ranch à l’Ouest d’Amarillo. L’œuvre est à 100m de l’I40 (autoroute), au milieu d’un champ. Presque tous les visiteurs viennent avec une bombe de peinture pour laisser une trace de leur passage. Certains semblent incapables de ramener leurs bombes vides qui trainent par terre. Il semble y avoir eue un départ de feu dans une des Cadillac. J’aurais préféré garder l’image que je m’en faisais plutôt que l’image que j’ai vue. Nous avons tous été déçus.

On continue l’i40 direction Ouest vers le Nouveau Mexique. On la quitte rapidement pour suivre la Old Route 66 qui nous mène rapidement sur une route non pavée à travers champs.

Le Texas est désertique. Nous avons passé des centaines de kilomètres en ligne droite, entourés de champs à perte de vue. Tout est grillagé pour le bétail, que nous voyons peu tellement leurs champs sont grands. La route est plutôt monotone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *